La Dame de Fer

LA DAME DE FER

Ce film me fait partager deux émotions différentes. D’un côté, la satisfaction d’être allé voir un film brillamment interprété par une actrice hors-pair. D’un autre côté, je me sens un peu frustré de par la mise en scène et le choix de la narration de ce film. Car si Meryl Streep nous a encore prouvé qu’elle peut tout jouer, et qu’elle peut encore après 17 nominations aux Oscars rafler la mise, ce film est long et parfois même ennuyant.

Le choix qu’a fait la réalisatrice de se pencher d’avantage sur la maladie mentale de cette femme, qui a pourtant gérer d’une main de fer la Grande Bretagne pendant plus de dix ans, n’est pour moi pas vraiment très judicieux. Personnellement, j’aurai préféré voir d’avantage de récit historique, la vie active de cette femme d’exception. Et pas le délire de cette femme vieillissante à qui le pouvoir a fait sauter quelques circuits.

J’ai insisté pour voir ce film en VO, car très franchement un Meryl Streep, ça se regarde en VO, et je n’ai pas été déçu, elle campe vraiment cette femme de pouvoir, de poigne. Rien à redire là dessus. Elle mérite largement son Oscar, mais étrangement, pas de nomination du côté du meilleur film, on se demande pourquoi. Enfin, je trouve que la dimension féministe dans le film m’a également agacé, certes elle n’était pas vraiment aimé par son entourage, et pourtant quand elle quitte le Bureau, elle est remerciée à chaude larmes par ses employées. Vraiment ?

En tout cas, félicitations Meryl, because you’re worth it !

Publicités

Wepa !!!

RICKY MARTIN


Sa récente apparition dans Glee m’a donné envie de rouvrir le dossier Martin. La bombe latine qu’on a pu découvrir pour la première fois en 1997, et nous a appris à compter jusqu’à trois était vraiment une superstar dans les années 2000. Même s’il l’est toujours, il est moins présent dans l’univers musical. Pourquoi ? Plusieurs hypothèses, mais déjà l’industrie musicale n’est plus ce qu’elle était il faut bien l’avouer. Puis ensuite, monsieur a souhaité fonder une famille, a adopté récemment deux jumeaux qu’il a eu au travers d’une mère porteuse. Comme Michael Jackson quoi ! Il a également fait son coming-out l’année dernière. Sincèrement, je le savais, parce que sincèrement quel mec hétéro mettrait des pantalons aussi serrés s’il ne l’était pas, franchement ? Il souhaite également se marier avec son compagnon de longue date le très sexy (lui aussi) Carlos González Abella
Pour cela il a demandé la nationalité espagnole, étant né aux Etats Unis.

Bref, ce mec a tout pour plaire, malheureusement pour tous il est homo et casé ! On n’a qu’à se contenter des photos toutes aussi intéressantes les unes que les autres. Enjoy !

   

En bonus, une petite vidéo de l’an 2000 « She Bangs », traduire part « Elle Baise »Blaise, oui bon elle n’a pas dû baiser tant que ça avec lui, mais c’est plutôt chaud !

Sherlock Holmes 2 : Jeu d’ombres

SHERLOCK HOLMES 2 :  JEU D’OMBRES

J’ai vu récemment le premier volet de la saga Holmes et je dois dire que j’ai été agréablement surpris. J’avais lu de bonnes critiques, mais personnellement, l’univers de Holmes ne m’attirait pas tant que ça. Je dois avouer que Richie a donné un bon coup de jeune au détective de Baker Street !

Ce deuxième volet est plus punchy que le premier, et c’est pas pour déplaire. D’un autre côté, il a multiplié les plans ralentis bourrés d’effets spéciaux. Déjà que le premier volet en regorgeait, là on frôle l’overdose. L’histoire est bien ficelée et, comme d’habitude, on a plaisir à suivre les raisonnements d’Holmes. Par contre, on peut regretter quelques longueurs dans le film, qui nous laisse un peu se perdre dans notre sommeil l’histoire. Les scènes d’action sont efficaces et rudement bien menées. C’est normal, Richie excelle dans la matière.

Le duo Downey Jr./Law est encore une fois parfait, et on ressent encore plus une alchimie toute autre entre les deux. Déjà que le premier volet laissait suggérer, là non on n’a plus de doutes ! Quel dommage qu’(surligner la suite)un des personnages principaux du premier disparaisse dans les premières minutes du film, j’aimais beaucoup Rachel McAdams… Tant pis ! Le nouveau personnage féminin intégré dans l’équipe n’est pas vraiment convaincante, dommage, son personnage ne sert pas à grand chose, on sent qu’elle a été ajoutée pour intégrer une touche féminine à ce duo très gay-friendly.

Vivement un troisième épisode, mais tant qu’à faire, changeons de réalisateur, çar même si le film est très bon, il reste semblable à son prédécesseur. Allez, M. Richie, laissez la place à d’autres !

Glee Episodes 311 et 312

GLEE EPISODES

311 : MICHAEL
312 : THE SPANISH TEACHER

Glee est bel est bien amélioré au niveau des scénarios, et on ne va pas se plaindre ! A l’honneur, deux chanteurs dans ces derniers épisodes, un mort et un bel et bien vivant ! À suivre dans la suite de ce sujet… A vous les studios Fox !

Il en fallait bien un épisode hommage à Michael Jackson ! Et bien c’est le numéro 11, même si très franchement des chansons ont déjà été reprises dans la série. Rappelez vous du mash-up de Thriller l’année dernière. Mais bon, il en fallait bien un ! Bon, c’est pas comme l’épisode Madonna ou Britney où on encensait le chanteur. Là il sert plus de trame de fond à l’épisode, où une guerre est déclarée : la guerre entre Warblers et New Directions. En effet, le nouveau leader du groupe, Sebastian, a décidé de les attaquer de front. En effet, il souhaite chanter du Jackson aux regionals ! OH MY GOD ! Le jeune homme qu’on avait aperçu dans les épisodes précédents, mais qui ne semblait pas si dangereux que ça pour le moment, a décidé de sortir le grand jeu. Et paf il attaque Kurt avec un slushee « salé » mais finalement, c’est Blaine qui se le prend en plein dans la figure ! Et c’est comme ça qu’on se débarrasse d’un personnage, merci la crise. En attendant que le beau Blaine se remette de ses blessures, ben on prend son mal en patience.

La séquence d’ouverture de l’épisode est plutôt bien réussie, sur la chanson « Wanna Be Starting Something », on dirait presque un clip, ça met dans l’ambiance. De manière générale par contre, les reprises n’ont pas vraiment grand chose d’original, mise à part la confrontation Santanna/Sebastian sur Smooth Criminal. Par contre, la reprise du clip « Scream » avec Artie de Mike est plutôt bien réussie, on se croirait dans le clip d’origine, et putain mais ce que Kevin McHale danse bien ! On ne s’en rend pas compte car le pauvre est bloqué dans un fauteuil pour les besoins de la série.

Côté intrigue, c’est bien dommage quand même de s’être apparemment débarrassé du vilain de la série (ben oui, Sue est inoffensive maintenant…) en un seul épisode, car on ne le revoit plus après, et les New Directions se sont apparemment ralliés aux Warblers (qui dans mes souvenirs n’étaient pas si méchants que ça, ils paraissaient être les gendres idéaux même !) le temps d’une reprise pourrie de Black or White… À noter quand même un clin d’oeil au clip original avec le morphing de tous les acteurs principaux. Vous vous souvenez du morphing ? C’était de petit effet spécial créé dans les années 90 et qui était omniprésent à cette époque ahahah. Ce qui m’a fait bien plaisir, c’est qu’on ne voit Leprechaun qu’un quart de seconde dans ce plan morphing, ahah bien fait !

L’épisode 312 lui, même s’il a un thème a plus servi à faire avancer les storylines et même à en créer de nouvelles. Commençons par Sue. Je suis désolé, mais il est clair qu’ils ne savent vraiment plus quoi faire de son personnage. Sérieusement, maintenant elle veut être mère. Sincèrement, même si certains passages de cet épisode la concernant sont touchants, WHAT THE FUCK ??!!!! Je ne sais pas à qui était dédié le message, était-ce une question de « c’est ok d’être mère passé les 40 ans » ou alors juste encore une fois une question de tolérance… Mais j’avoue quand même qu’essayer de convaincre des teenagers de donner leur sperme pour qu’elle puisse les utiliser, c’est un peu borderline !
On revoit un peu l’intrigue de Rachel/Finn re-pointer le bout de son nez. Et même si dans les épisodes précédents, on surfait sur la vague du « on s’aime trop, marions-nous ! », maintenant c’est l’heure d’en parler aux amis. Et là, on s’en prend plein la gueule ! Mais je trouve que Kurt n’a pas tort dans ce qu’il dira à Finn dans le milieu de l’épisode. Même s’ils sont vachement amoureux, Rachel et Finn ne devraient pas se marier tout de suite, car ça serait mettre la charue avant les boeufs dans leur vie… Non ?? Je pense que les tourtereaux vont changer d’idée, ou au moins un des deux pour créer des tensions !

Le point le plus important de cet épisode, c’est l’invité, plus que spécial : Monsieur Ricky Martin. La bomba latina incarne un prof d’espagnol qui donne des cours du soir à Will Schuester, qui n’est pas vraiment doué en langue latine, n’est-ce pas ? Mon Dieu, qu’il est sexy le Ricky, and he knows it ! La reprise de La Isla Bonita avec Santanna est une vraie réussite. De son côté, le monsieur Schuester fait pitié habillé en matador à chanter du Elvis traduit avec Google. Espérons que la bombe homosexuelle sera de retour dans les prochains épisodes, car après tout, il sera le nouveau prof d’espagnol à McKinley High School ! Nom d’une pipe !

Les Deux Navets de la Semaine

 

TUCKER ET DALE FIGHTENT LE MAL
RECHERCHE BAD BOY DESESPEREMENT

Voilà les deux navets que j’ai pu voir cette semaine. Bien entendu, personne n’attendait rien de l’un ou de l’autre, mais je dois avouer que c’est quand même en dessous de ce que je pouvais attendre de ce genre de films !

Le premier est franchement léger en gags, et on aurait même aimé plus de lourdeur. Ici, on s’y ennuie, il y’a beaucoup de dialogues inutiles et vraiment pas drôle. La stupidité des étudiants et largement mise en valeur. Le fameux Dale, sorte de  Zach Galifianakis raté est vraiment moins drôle que l’original. Bref, à passer…

Le second est une comédie avec Katherine Heigl, mais pas une comédie romantique. Et oui, on aurait pu penser que la belle nous sortirait une autre comédie bien romantique à souhait… ben on aurait préféré ! Cette pseudo enquête policière avec une fille aussi gauche que possible ne prend pas. C’est long, lent, et pas spécialement recherché. On aurait limite préféré regarder une enquête des Experts L.A. Pas vraiment convainquant, Kathy !

Voilà, c’était la chronique des films merdiques de la semaine, à bientôt !