glEE

Bon surfons sur la vague du succès deux minutes, voulez-vous ? Nous allons parler de ce phénomène qui touche de plus en plus d’Américains avides de séries télévisées : le phénomène Glee. Mais qu’est-ce que c’est ?

Déjà c’est la nouvelle série du moment créée par Ryan Murphy, qui n’est autre que le papa de Nip / Tuck (niveau série dérangée, on fait pas mieux depuis ces dix dernières années). Cette série traite de l’exclusion au lycée et de le besoin de s’épanouir et de s’exprimer librement au détriment de l’opinion publique. Donc Glee, c’est la chorale du lycée. Au départ uniquement formée des reclus de la société (un gay, un handicapé, une asiat gothique qui bégaie, une pseudo pop star qui se la raconte…), ils vont être rejoins ensuite par le quaterback et son meilleur ami (prochain sujet Sexxxy by the way…), les cheerleaders etc.

Bien entendu, il faut une méchante, et cette méchante sera la coach des cheerleaders, Sue. Totalement givrée, elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour faire exploser la chorale (Glee Club en VO) de l’intérieur, et elle a de la ressource ! C’est elle entre autres la dynamique comique de la série, et on en redemande ! Elle aura même sa propre rubrique télévisée sur un journal local dans la série bien évidemment.

Bien entendu qui dit chorale, dit numéros musicaux. Il y en a en moyenne 5 ou 6 par épisode, et à chaque fois les prouesses vocales des étudiants/chanteurs sont vraiment incroyables. Que ce soient des chansons modernes, classiques, de films, de comédies musicales, elles sont toutes ré-interprêtées avec brio. Rien que dans le pilote, vous avec Rehab d’Amy Winehouse, ça vaut le détour ! Les audiences explosent aux USA à chaque épisode, le point culminant a été l’épisode spécial Madonna la semaine dernière avec 13 millions de téléspectateurs. Certes, la série est précédée de la version US de Nouvelle Star, American Idol, certes la série vogue sur le succès grandissant des comédies musicales; la série a cependant su trouver son public en quelques 10 épisodes, c’est ça le Power of Glee !

Pour conclure, voici une scène culte d’un des premiers épisodes et un petit preview pour vous montrer l’esprit de la série , musique !

Publicités

parISHed

Pour ceux qui regardent ou qui seraient encore hésitants, laissez-moi vous présenter le très hot Hunter Parrish. Un faux air à la Zac Efron, mais en plus naturel, comme les plantes qu’il fait pousser dans la série (?)… Il joue le fils aîné de Nancy Botwin, et on peut dire que depuis le début de la série, on a pu voir le jeune homme dans de nombreuses positions, et sous toutes les coutures… Que ce soit avec une jeune sourde, ou une quadra sexy, le jeune homme fait littéralement office de boy-toy. Mais qui va s’en plaindre ??

Né en le 13 mai 1987 à Richmond en Virginie, il a également joué le rôle de la brute qui sort avec Michelle Trachtenberg dans le film 17 ans encore avec… Zac Efron ! D’ailleurs, les producteurs de High School l’auraient probablement choisi dans le rôle de Troy Bolton, si le jeune homme n’avait pas abandonné les auditions si proche du but.

Voici une mini galerie de photos du jeune homme, mais habillé s’il vous plaît, ça serai mal me connaître !..

Alors, je vous ais convaincus ??

thE BiG JouRNAL

La semaine dernière, le 21 avril pour être plus précis. Nous avons décidé avec une amie d’aller assister à l‘enregistrement du Grand Journal, émission que nous aimons beaucoup chacun. Bon, ce n’était pas ma première expérience télévisuelle dans le public, j’avais déjà participé deux fois à l’enregistrement de l’Édition Spéciale de Canal. Mais là c’est en grands fans de l’émission que nous y sommes allés.

Déjà première impression dans le couloir d’entrée rempli de courants d’air : mon dieu qu’il fait froid. Ensuite accueil plutôt glacial, on avait l’impression d’être comme du bétail à Disneyland. Pas de trucs à manger ni de trucs à boire. Au moins à l’Édition Spéciale, on avait droit à du quatre quart et du jus d’orange… Une fois sur le plateau, on s’est vraiment aperçus que tout y est vraiment tout petit, la caméra plongeante donne un effet de profondeur qui n’existe franchement pas. On était placés derrière Denisot côté gauche, deuxième rangée vers le milieu. C’était drôle le petit mouvement des plateaux pendant l’arrivée des invités.

Troisième effet Kiss Cool : étant donné qu’il y avait un match de football le soir, l’émission était amputée de sa deuxième partie (ma préférée bien entendue) et en plus elle serait enregistrée avant. Soit ! Les sujets étaient plutôt inintéressants pour moi, gay de base qui se contrefiche du football et de ses histoires de proxénétisme. En effet la deuxième partie du Grand Journal, la partie « people » était consacrée à l’affaire Ribéri. Franchement je m’en balance ! Même pas de Yann Barthès et son Petit Journal, pas de SAV… Mouais, la première partie était consacrée à l’éruption volcanique et ses conséquences sur le trafic aérien du week-end. Bref rien de bien palpitant pour cette première expérience Grand Journal.

En plus, les animateurs/chroniqueurs nous ont à peine calculé, ce qui est un peu dommage, cela ne coûte rien de dire « bonjour » et « au revoir merci ». Comme quoi, en fait nous les membres du public faisons juste partie du décor au même prix que le mur derrière ou les bouteilles d’eau d’Ariane Massenet planquées sous la table. Non mais sans déconner je mourrais de soif et elle sous le bureau elle avait une vingtaine de bouteilles d’eau. Pas une fois pendant le break on ne nous a demandé si tout allait bien…

Croyez-le ou non j’ai quand même envie d’y retourner… Maso moi !

suMMER

Je me suis permis de vous dresser une petite playlist de chansons, plus ou moins récentes, qui auront la qualité de vous rafraîchir pendant ce rude été (oui quoi on peut rêver !)

  1. Top of the Pop curry & coco
  2. Fever cascada
  3. Symphonies dan black
  4. Memories david guetta feat. kid cudi
  5. Surprise Hotel fool’s gold
  6. Shadowplay the killers
  7. Blame it on the Girls mika
  8. Starting Today natalie imbruglia
  9. It’s my Life no doubt
  10. Junebug robert francis
  11. If we ever Meet Again timbaland feat. katie perry
  12. Shark in the Water v.v. brown
  13. One Week of Danger (demo version) the virgins
  14. Rich Girls the virgins
  15. Undercover Martyn two door cinema club
  16. Telephone (Crookers Vocal Remix) lady gaga & beyoncé

Et pour les écouter, allons donc sur YouTube !

it’s SHOWtime !

Voici un petit concentré des séries que je regarde actuellement et que j’aime regarder. Bizarrement, ces séries font toute partie du même réseau de diffusion Américain, SHOWTIME, à vous de les découvrir dans la suite du post !

WEEDS est une série de Showtime sur la vie trépidante et pleine d’embrouilles d’une jeune veuve qui tente par tous les moyens de s’en sortir. Le meilleur moyen bien sûr est de devenir une baronne de la drogue ! Trafiques en touts genres, meurtres, magouilles (oui trafiques aussi c’est redondant !), tout est permis, et bien sûr notre Nancy Botwin est au pays des emmerdes, mais c’est pour ça qu’on l’aime !

En France, la série est diffusée sur , bien entendu ! Pas vraiment connue en France, cette série a la fâcheuse tendance à sortir des sentiers battus. Pas morale pour un sou, c’est bourré d’humour et de situations cocasses. Bien sûr à ne pas reproduire à la maison !

Aux USA, Weeds est diffusée sur la petite chaîne qui monte , chaîne qui est à l’origine aussi d’autres séries intéressantes:

NURSE JACKIE, encore une série toute déglinguée ! Une nurse droguée qui n’est pas très catholique non plus. Décidément, c’est pas sur SHOWTIME qu’on verrait Desperate Housewives ! La série est vraiment bien conçue et a le mérite de tenir avec brio sur un format de 20 minutes seulement. Comme à une drogue on devient vite dépendant. À consommer donc avec modération… Non je plaisante bien entendu ! Contrairement au Docteur House, aussi dépendant à la Vicodine, Nurse Jackie est vraiment attachante et aime son prochain, tout en s’envoyant le pharmacien dans le dos de son sexy de mari… Si vous n’êtes pas encore addicts, laissez-vous tenter sur après les Housewives le jeudi soir.

UNITED STATES OF TARA a quand même la palme d’or dans le domaine du loufoque. Tara mère de famille aurait tout pour plaire. Elle a un mari qui l’aime passionnément et deux enfants merveilleux. Oui mais Tara a des troubles de la personnalité. Et c’est parti pour la folie incarnée avec plein de talent par Toni Colette au travers de tant de personnages différents. On peut donc trouver T., adolescente limite attardée de 16 ans et accro au sexe; Buck (ça rime avec Fuck), un beauf qui se saoule à la bière et drague les minettes; Alice, sorte de Bree van de Kamp en plus psycopathe évidemment qui est enceinte, ou du moins le croit-elle.
Cette série est donc le meilleur moyen de retrouver la fabuleuse actrice de Little Miss Sunshine ou Muriel, Toni Colette. On peut aussi y retrouver le Aidan de Carrie Bradshaw dans le rôle du mari : John Corbett.