MAD MEN

NOW PRESENTING : MAD MEN

Je viens de finir la saison 1 de Mad Men, et je comprends maintenant pourquoi tous les ans, cette dernière remporte le Emmy Award de la meilleure série dramatique. Cette série est tout simplement parfaite. Manque peut être un peu d’humour par ci par là. Mais niveau style, photographie, scénari, jeux d’acteurs, on a rarement vu mieux…

Son style unique: les 50’s aux USA, berceau d’une culture riche, de la consommation de masse et de nouveaux médias comme la TV…Cette série a bel et bien lancé ou relancé la mode. La période de la saison 1 qui couvre les élections américaines, où Kennedy  l’a remporté contre Nixon, les décors ultra épurés et authentiques qui retranscrivent le style de l’époque. La protubérance des fumeurs à cette époque. J’espère pour les acteurs (et je suis presque sûr) qu’ils ne fument pas vraiment car s’ils doivent faire plusieurs prises d’affilée…

Les personnages vraiment très forts. Entre Don Draper (le personnage principal de la série), ultra sobre, posé, mature et ultra sexy, sa secrétaire Peggy Olson qui cache bien son jeu ainsi que ses ambitions. Betty Draper, Mme Draper, très belle et élégante, mais pas tant que ça qui se fait plaisir sur la machine à laver quand son mari n’est pas là. Ou la .. heu.. la secrétaire en chef (enfin c’est ce que j’ai compris), Joan Harris, avec un physique plus qu’attirant, qui utilise son pouvoir d’attraction à des fins plus que personnelles… Pete Campbell, lui a le pompon: le jeune premier de la classe, l’archétype même du jeune requin dans le milieu de la pub, à qui tout réussi mais qui a les dents tellement longues qu’elles rayent le parquet et j’en passe. Tous les personnages sont vraiment excellents.

Les intrigues sont vraiment intéressantes: en passant par le sombre passé de Don Draper qui nous est rélévé en toute fin de saison, la montée en puissance de Betty Peggy, ou la jalousie maladive de Pete qui fait tout pour écraser tout le monde, y compris Don (c’est ça, tu peux y aller mon grand !). On peut également souligner la qualité du générique de cette série, comme toutes les séries AMC d’ailleurs, qui est vraiment bien trouvé et qui retranscrit l’époque dans lequel la série évolue. La musique, comme dans toute bonne série qui se respecte est aussi très soignée et stylisée à souhait avec quelques reprises de morceaux connus et toujours dans l’ambiance yé-yé… Bref, tout est bon dans MAD MEN !

Publicités

Millenium : Les Hommes qui n’aimaient pas les Femmes

MILLENIUM : LES HOMMES QUI N’AIMAIENT PAS LES FEMMES
de David Fincher

Comme d’habitude, les Américains vous diront qu’ils ne font pas exprès de faire des remakes de films déjà existant et déjà sortis il y a moins de 10 ans. Mais pourtant, Millenium ne fait pas exception à la règle. D’ailleurs, le titre US (« The Girl with the Dragon Tatoo ») ne mentionne donc pas la trilogie littéraire duquel il est extrait. Mais pourtant les faits sont là.

Passons ce détail, ce film est vraiment bon, à l’image d’un Social Network qui rencontrerait le côté sombre de Fight Club. Millenium c’est avant tout donc une enquête policière. C’est Lisbeth Salander, l’héroïne, déconnectée de la vie, des relations humaines mais foutrement douée. Douée en informatique, douée en réflexions, et en recherche. C’est plutôt hallucinant au début du film de voir le rapport qu’elle a pondu sur le journaliste Mikael Blomkvist. Cette fille c’est la personne qu’on aimerait tous être, vous ne trouvez pas ?? Ultra intelligente et qui se fout de toutes convenances sociales.

Millenium, c’est aussi Daniel Craig, ultra sexy. C’est pas compliqué c’est l’homme parfait, viril et vraiment très beau… Le duo qu’il forme avec Rooney Mara est tout simplement excellent. Electrique et plutôt atypique. Le rythme du film vous entrainera et vous donnera parfois quelques sueurs froides. Il y a quelques longueurs il faut avouer, mais sinon on ne croirait pas que c’est un David Fincher !

Millenium, c’est aussi la musique de Trent Reznor et Atticus Ross. Leur son est tout simplement vraiment bon et vous transportera dans l’univers sombre du film. C’est pas pour rien qu’ils ont remporté l’Oscar l’année dernière pour Social Network! Cette fois, la BO fait totalement écho, comme une suite logique, de leur premier album. La première chanson donne le ton, et le générique d’ouverture, dans le style James Bondien (plus trash hein, on est loin des filles se trémoussant…) est très bien construit. Conçu par Tim Miller, cette séquence représente Lisbeth et son histoire, ses peurs, ses démons et tout ça sur fond d’informatique. Efficace et qui fera sûrement parler de lui, ce film est une des bonnes surprises de 2012.

Glee Episodes 309 et 310

GLEE EPISODES 9 ET 10 SAISON 3

Une saison 3 de Glee jusqu’à maintenant plus que surprenante. La décision prise cet été d’ajouter enfin des scénaristes au show lui a fait du bien. Toutes les semaines à présent on est heureux de retrouver nos étudiants du lycée William McKinley. Et c’est très bien comme ça ! Un épisode de Noël, bien que moins émouvant que l’année dernière, très bon et hors catégorie, et l’épisode 10 qui lui nous a fait verser une petite larmiche… Rock on  !

Bon alors, l’épisode 9, de Noël, réalisé cette année par Mister Shue, Matthew Morrison, était vraiment très bon, déjà dès l’ouverture de l’épisode. La reprise de la chanson de Mariah Carey « All I Want for Christmas is You » était vraiment très bonne et nous a mise dans l’ambiance de Noël. Également, l’idée dans la seconde partie d’épisode de tourner une espèce d’émission de fêtes comme dans les années 50 était bien vue, et en noir et blanc, ça donnait une atmosphère plutôt chic. Même si l’humour était plutôt d’époque, c’était bizarrement rafraîchissant. Bon, ok, on a encore eu une chanson Rachel Berry plutôt agaçante, sans parler de la chanson de Leprechaun (Rory). Franchement, je suis désolé mais je ne peux pas le supporter et je ne sais même pas ce qu’il fait dans le show. Ah oui, il a gagné le concours Glee Project l’année dernière… Et la chanson finale dans le centre pour le centre des personnes défavorisées était vraiment émouvante.

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais cette année, ils ont décidé de transformer le personnage de Sue. Elle est passée de totalement méchante à aimante et aidant. C’est encore plus flagrant dans l’épisode 10. Cet épisode, chargé d’émotion nous livre non pas 1,  non pas 2 mais 3 demandes en mariage ! Si c’est pas crazy ça ! Dans un premier temps, nous avons donc Coach Beiste qui se marie avec son boeuf, Cooter. Après c’est au tour de Mister Shue, enfin plutôt Emma au début dans la salle de pause. C’était plutôt drôle d’ailleurs cette chanson avec Emma et ses deux choristes plutôt incongrues: Sue et Beiste. Par ailleurs, elles avaient les mêmes chapeaux que les cousines de Kate Middleton l’année dernière. La scène de demande en mariage était tout simplement hallucinante, tous dans la piscine, sur Rihanna c’était juste magique. Ça surpasse même la scène dans la saison précédente lorsque dans la chapelle, tous les Glee clubbers chantaient « Marry You »…

La réinterprétation de « Without you » de Usher et David Guetta par Rachel était vraiment poignante, on y a vraiment cru. Pour finir, vraiment très bien choisie la voix intérieure de Becky qui sonne comme la Reine d’Angleterre. Becky est un personnage vraiment très drôle et intéressant. C’était bien de voir un peu plus ce personnage et encore une fois de traiter le rapport aux autres par rapport aux handicaps, et même entre personnes handicapées. Car après tout l’amour et la vie sont parfois très méchantes…

Allez, en bonus track, voilà la chanson d’ouverture de l’épisode 10, totale reprise de Glee pour introduire de nouveau la brève love story entre Sam et Mercedes. À suivre…

Hugo Cabret

HUGO CABRET de Martin Scorsese

Je suis sorti hier de Hugo Cabret avec une opinion mitigée. En fait, je trouve que ce film est plutôt bipolaire. Une première partie plutôt ennuyante, mais la deuxième partie est tout simplement magique. En effet, même si on est habitués au rythme longuet de Scorsese (Shutter Island, bien qu’excellent avait quelques longueurs. Gangs of New York est trois fois trop long), mais là franchement tout met trop de temps à s’enclencher. Les personnages sont bien en place mais ne font rien de particulier. Le petit Hugo, est plutôt agaçant et trop mystérieux pour qu’on s’intéresse à lui tout de suite. Egalement le rôle de Sasha Baron Cohen est vraiment inintéressant et pas comique pour un sou.

Par contre, à partir de la seconde partie, lorsque l’automate se met en marche, et que toute la trame de George Mélies se déploie, on respire, on se réveille, et on peut se mettre à rêver. Parce que franchement, cet homme est décrit comme le Walt Disney du début du XXème siècle. Le rêveur qui a permis de mettre concrètement sur la pellicule ses pensées et ses rêves. L’histoire est vraiment bien racontée et la mise en scène est excellente. De très beaux décors sont aussi au rendez-vous. Le petit Cabret qui vit dans l’horlogerie de la gare. On peut retrouver aussi une petite partie du casting d’Harry Potter: Frances de la Tour (Madame Olympe Maxime) et Richard Griffiths (Vernon Dursley). Rien que d’y penser, ça fait rêver !

DH Episode 810

DESPERATE HOUSEWIVES SAISON 8 EPISODE 10 WHAT TO DISCUSS, OLD FRIEND

La pause hivernale est finie pour nos femmes au foyer, et elles reviennent par la grande porte ! Un grand épisode nous a été proposé hier soir, comme on les aime. De nouvelles petites trames ont été posées entre autres, et peut être d’autres un peu plus énormes. La saison 8 n’est donc plus la saison du déclin, mais de l’éclat.

Déjà l’épisode commence là où on nous avait laissés: Bree, seule, désespérée, dans un motel miteux sur le point de se donner la mort. Mais… sauvée in-extremis par … Renée ! Et oui, après une saison et demie, on a enfin trouvé un sens à ce personnage qui jusqu’à maintenant n’apportait vraiment rien de bien nouveau à la série. On arrive parfois à regretter Edie Britt, et surtout depuis que M6 rediffuse les premières saisons. Bree, qui semble vraiment à bout de nerfs et du rouleau est vraiment touchante et on se demande même pourquoi ses amies sont aussi ingrates avec elles. Certes, elle leur a caché beaucoup de choses, mais c’était dans l’unique but de les protéger. Bon, tout va bien vu que la tentative a été annulée à la dernière minute, par une Renée survoltée qui défonce la porte telle une furie en croyant que la dernière convolait avec Ben… Leur rapprochement est plutôt attendrissant, et l’histoire de la mère de Renée donne de la profondeur au personnage. En effet, ce personnage vénal et intéressée au maximum a bien un passé, vraiment sombre et on comprend qu’elle est comme elle est, sans la présence d’une mère.

Du côté de Gabrielle, elle brille encore une fois par son manque de subtilité, en allant voir directement les flics pour demander s’ils avaient des pistes. Franchement, ils croient que tout est fini maintenant que Chuck est mort, mais ils oublient que ce dernier était au moins au téléphone avant de mourir, preuve qu’il a bien parlé à quelqu’un de son enquête. Il a bien dû faire aussi un dossier qui traine quelque part dans son bureau. Par ailleurs, le coup de tout Wysteria Lane qui se rend à l’enterrement de ce dernier, c’est plutôt moyen et pas du tout suspect, mais alors par du tout !

La peur de Lynette de se faire choper par la police et de voir les enfants sans parents pendant le déplacement de Tom a poussé ce dernier à rester dans la famille. Mais franchement, les enfants ils ne se doutent de rien ? Tom qui reste à manger chez Lynette comme si de rien n’était ? Bon, j’ai comme une petite intuition, que Monsieur et Madame Scavo, ce n’est pas totalement fini ! On verra bien, car si cette dernière pousse Tom à retrouver Mrs Parker, heu non, Jane; Tom reste quand même un peu plus que prévu…

Susan est, quant à elle, partie pour sa nouvelle bourde en allant voir la famille d’Alejandro, qu’elles ont enterré au début de la série. Franchement, soit elle ne va pas en sortir vivante, soit elle va créer un bordel international. Franchement, je ne sais pas ce qui est le mieux ! À la fin de l’épisode, une petite bombe est lâchée. Un peu comme aux débuts de la série, on découvre une enveloppe, encore une, découverte dans la boîte aux lettres de Bree disant « You’re Welcome ». On sait donc maintenant que la personne qui cherche à les faire chanter a bel et bien liquidé Chuck pour les aider. Cette personne, un peu psychopathe sur les bords donc rôde dans le coin… Affaire à suivre !

Bon, sinon, mention spéciale à James Denton, qui, à 48 ans, est toujours aussi sexy ! La preuve en est avec cette image de l’épisode de dimanche :