Ted

TED

C’est l’histoire d’un ourson mignon et vulgaire à la fois !

Quand on entre dans la salle de ciné, on sait qu’on va s’attendre à une comédie plutôt sympa et qu’on va passer un bon moment. Mais c’est bien plus que ça ! Ted, c’est tout d’abord un film écrit et réalisé par Seth MacFarlanecréateur des séries comme Family Guy (Les Griffin en VF) ou encore American Dad qui sont connues pour ne pas faire dans la dentelle. On peut y retrouver chez les Griffin un chien qui parle et qui est plutôt distingué face à un bébé se comportant comme un adulte libidineux.

C’est donc très naturellement que dans ce film nous retrouvons Ted, un nounours devenu vivant par le biais d’un voeu magique réalisé par un petit garçon de 8 ans, John Bennet (Mark Wahlberg) qui n’a pas vraiment d’ami. Les deux vont très rapidement devenir les meilleurs amis du monde, et Ted par la même occasion devenir mondialement célèbre. Et oui car nous n’avons pas vu d’ours en peluche parler depuis… ben depuis jamais ! Les temps ont passé et les deux on grandit. Enfin, John a grandit physiquement uniquement. Car il est resté plus ou moins le petit garçon de 8 ans avec son nounours.

C’est dingue comment ce film peut à la fois être mignon, présenté sous la forme d’une fable pour enfants, et à la fois ultra vulgaire. Détrompez-vous le petit nounours aux allures angéliques n’en est pas un. C’est sûr, il a bon coeur, mais il a une queue à la place du cerveau croyez-moi !! Quand on sait que Joey Starr lui-même a doublé l’ours, il n’en faut pas plus pour crier au loup ! Les dialogues sont hilarants et on adore voir le nounours se comporter comme l’adulte que John aurait pû être s’il avait été lui aussi aveuglé par les lumières du show-biz. Dans ce monde de brutes, il fallait bien une touche de douceur. Et c’est la délicieuse Mila Kunis qui porte cette lourde tâche. Habituée de la maison, elle double déjà le personnage de Meg dans Family Guy (Les Griffin pour ceux qui n’ont pas suivi plus haut !).

Bref, détrompez-vous, ce film n’est pas pour les enfants, mais pour les grands enfants, et ceux qui veulent passez une heure trente de déconnades et je suis sûr que vous sortirez de la salle en vous disant que vous auriez dû faire un voeu dans votre lit lors de vos huit ans. Quelle peluche auriez-vous élu ?

Paperboy

PAPERBOY

C’est l’histoire d’un thriller retro dans une Floride glauque.

On en avait parlé ici, il y a un petit moment déjà. Cette fois-ci, c’est chose faîte au cinéma. Zac Efron dans un bon thriller, ça a de quoi briser les conventions et enfin lui arracher l’étiquette collée à la super glue par la machine Disney avec les très plats mais non-moins célèbres High School Musical 1,2 et 3 (la première fiction à réunir basketball et comédie musicale, il fallait le faire !). Non mais c’est vrai que jusqu’à maintenant, on l’avait vu dans une comédie musicale, une comédie pour adolescents où il était campé par Matthew Perry pour la version adulte, et enfin un drame larmoyant mais où il avait pu faire ses preuves en tant qu’acteur. Car, non Messieurs, non Mesdames, Zac Efron ce n’est pas juste une gueule d’ange et des abdos en béton, c’est aussi un acteur !

Ici, il joue un jeune homme tout juste sorti de l’adolescence et un peu paumé dans une Floride glauquissime. Comme quoi, il y a autre chose à part les parcs d’attractions, et ce n’est pas glorieux !! Accompagné de son frère, incarné par un Matthew McConaughey lui aussi transformé et brisant les convenues, d’une femme troublante de sexualité (Nicole Kidman), ils vont enquêter afin de faire libérer de prison Hilary van Wetter. Dangereux, il a plutôt l’air le John Cusack, mais qu’à cela ne tienne ! Kidman est amoureuse du prisonnier, mais Zac n’est pas bien loin !

Des rôles exceptionnels, il y en a ! Nicole Kidman, elle aussi a brisé tous les moules dans lesquels on l’avait bien enterrée. Trash, vulgaire à souhait et totalement nymphomane, elle surprend tout le monde ! Elle est passée de poupée sous cellophane à poupée « sucer les fans », il faut bien l’avouer ! C’était aussi la première fois que je découvrais Macy Gray en tant qu’actrice, et je dois avouer que je suis bien surpris. Elle joue plutôt bien, et rappelle un peu la prestation de Viola Davis dans La Couleur des Sentiments. C’est peut être une manie de la part du réalisateur Lee Daniels I de mettre en scène des chanteuses méconnaissables en actrice. Rappelez-vous de Precious et la prestation de Mariah Carey, totalement méconnaissable !

Au delà des prestations des acteurs, le film est un tout petit peu lourd, et très vulgaire. Je comprends pourquoi le film a été hué à Cannes en mai dernier, il y a vraiment des passages trashs mais qui mettent bien en valeur le talent de Nicole Kidman dans un registre jusqu’encore inconnu d’elle. Je regrette aussi un peu la fin un peu trop expéditive et pas vraiment angoissante pour un sou. Ça manque un peu de peps tout ça ! Dommage car les acteurs semblent s’être donnés à fond !

Savages

SAVAGES

C’est l’histoire de jeunes et beaux trafiquants de drogue dans l’univers impitoyable de Salma Hayek.

On nous avait quand même vendu du rêve dans les magazines lorsqu’était évoqué le nouveau Oliver Stone. « C’est génial, plein d’action, de rebondissements, de violence ». Bon et bien à trop nous servir de la soupe, parfois ça écoeure ! C’est un peu le cas de ce film, qui est certes plutôt bon, mais pas non plus de quoi casser trois pattes à un canard.

Pauvre Taylor Kitsch, il est beau pourtant, mais purée il n’arrive pas à jouer dans un bon film qui marche. Déjà John Carter c’était plutôt le mauvais plan. S’en est suivi le remake ciné de la bataille navale Battleship. Mais bon, là il relève un peu le niveau car le film n’est pas si mauvais qu’un John Carter, mais c’est pas encore ça !

Bon, je me calme, le film est quand même agréable à regarder malgré quelques longueurs par ci- par là, pas de quoi s’alarmer. C’est aussi le fait que je n’aime pas spécialement Blake Lively qui me fait dire de telles horreurs sur le film. Cette nana est vraiment fade et joue toujours plus ou moins les mêmes rôles de conasses jeunes écervelées. Franchement, dans le film, elle ne sert encore une fois à rien. Merde quoi, tu es prise en otage et tu te permets de critiquer la bouffe qu’on te sert, alors qu’on pourrait te laisser crever de faim ! Meilleur choix d’actrice à l’avenir s’il vous plaît ! Salma Hayek par contre, est parfaite dans le rôle de la reine du cartel mexicain auquel ont affaire les meilleurs amis Ben & Nuts Chon.

Du côté des mâles, énorme performance de Benicio Del Toro comme d’habitude j’ai envie de dire ! Ce rôle d’homme de main totalement sadique et dérangé lui colle à merveille, comme s’il était né comme ça ! Après, on n’est vraiment pas déçu par le casting masculin et Taylor Kitsch et Aaron Taylor-Johnson sont plutôt bon et beaux. Franchement, mention particulière à Kick-Ass qui a bien fait ses devoirs, et on a hâte de le voir enfiler à nouveau le costume aux côtés de Jim Carey. Ceci est une autre histoire… En tout cas, leurs rôles de beach-boys trafiquants de drogue nous a bien rafraîchis tout en nous réchauffant…

Enfin, quelques longueurs dans ce film, mais bien évidemement on doit s’attendre à ce genre de choses venant du réalisateur d’Alexandre (2h50 au compteur !). Si je peux conclure, SAVAGES est un film correct, mais qui ne tient pas forcément ses promesses. En effet, même si violence est là, j’aurais attendu un peu plus… Et un peu moins de blabla de la Lively…

Ah oui, et si vous voulez voir le cul des acteurs principaux, vous pouvez foncer !