Desperate Housewives, le baiser final

DESPERATE HOUSEWIVES
Saison 8

C’est avec une profonde tristesse que l’ultime épisode de Desperate Housewives a été dévoilé le 12 mai 2012. 8 ans que je les suivais. C’est quand même un petit pincement au coeur, même si la qualité des premiers épisodes n’était plus vraiment là. La suite est à surligner !

Bon, une fin de saison et même de série plutôt bâclée. On a comme l’impression que la fin de la série a été annoncée deux semaines avant le bouclage tellement ça paraît bâclé. L’intrigue que nous avons commencée au début de cette saison, avec Alejandro, le beau père de Gaby que Carlos avait assassiné. Les filles l’avaient par la suite enterré dans les bois pour qu’après tout pointe en direction de Bree. Le procès, l’avocat requin, pour au final qu’elle soit acquittée parce que Mme McCluskey a avoué avoir commis le meurtre. Un acte héroïque cependant.

Le départ d’ailleurs de cette dernière a été très bien traité je pense, et qui prend encore plus de sens maintenant que l’actrice atteinte vraiment d’un cancer s’est éteinte hier soir. Le fait d’avoir mis en parallèle le décès de McCluskey et la naissance de la petite de Julie est certes facile, mais tout autant efficace qu’auparavant. C’est quand même bon de savoir qu’au départ, le personnage était sensé juste être dans un seul et unique épisode, et qu’elle a pris plus et plus d’ampleur, au point de même lui donner une love life.

Je trouve aussi dommage qu’à la fin de l’épisode, et donc de la série, elles finissent par quitter Wysteria Lane et fassent leur vie ailleurs. Je ne comprends pas pourquoi on insiste tellement sur le fait qu’elles sont amies, que leur lien est même parfois plus fort que ceux qu’elles entretiennent avec leurs hommes, pour au final elles partent chacune de leur côté refaire totalement leurs vies. Bon aussi c’est peut être pour dire que maintenant, elles ne sont plus vraiment des Desperate Housewives (à l’exception de Susan, bordel, élever son petit fils et tout laisser tomber, merde quoi, elle avait juste à changer de maison sur la Lane !)…

Les Housewives, même si elles se sont essoufflées au cour des années auront marqué les esprits et l’univers de la télévision avec leur univers et l’esprit si particulier. Je suis fier d’avoir fait découvrir cette série à certains de mes amis en 2005, dans les résidences Disney. Au revoir les filles !