Now Presenting : American Horror Story

AMERICAN HORROR STORY

S’il y a bien une série à retenir pour cette rentrée, (oui, depuis, j’ai lâché l’affaire Pan-Am, ridiculement niaise…je l’avoue j’ai pêché) c’est bien cette série. Forcément, à ne pas mettre entre toutes les mains, ce petit bijou pourraît être classé comme une série d’horreur, mais pas que cela, certains l’ont même appelée drame psycho-sexuel ou psycho-érotique. Cela vous fait peur ? Vous devriez !

Cette série vient tout droit de l’imagination tordue je dois dire de Sir Ryan Murphy, à qui l’on doit des séries excessivement célèbres : Nip/Tuck et Glee. Bien évidemment, dans un premier temps, on peut se demander si ces deux séries ont bien été créées par le même homme, tant ces dernières sont complètement différentes. Et bien oui ! Mais dans American, pas de beau chirurgien coureur de jupons (quoique…), pas de teenagers chantant et dansant. Cette série fout les jetons, et c’est vraiment bon !

Histoire : la famille Harmon décide de déménager à LA après que Madame ait surpris Monsieur en plein ébat avec son étudiante. Ils emménagent dans une somptueuse demeure des années 30 laissée en vente suite au décès des précédents propriétaires. La suite, à vous de la découvrir.

Les acteurs sont presque inconnus pour la plupart. Mais que dis-je ! On peut y retrouver déjà Jessica Lange (Tootsie, Big Fish), Frances Conroy (Six Feet Under, Desperate Housewives), ou Dylan McDermott (The Practice). La série continue de cartonner, et même si cette dernière est diffusée sur une chaîne du câble : FX elle engendre des millions de telespectacteurs et génère autant de tweets. Elle reprend des standards de l’horreur ainsi que des faits divers qui ont marqué l’histoire américaine telle que le massacre de Columbine, Charles Manson ou le Dahlia Noir. N’oublions pas des références à des chefs d’oeuvre du cinéma tels que Rosemary’s Baby de Polanski ou The Shining de Kubrick. Tous ces ingrédients sont donc assemblés pour créer un phénomène culturel et palpitant qui tient en haleine le public. Le rythme soutenu de la série en fait un atout formidable qui laisse le spectateur en haleine pendant tout l’épisode et en sort même avec des palpitations.

Battant des records d’audience, la série a été renouvelée pour une deuxième saison de 13 épisodes ou plus, et ce seulement après 1 mois de diffusion. Pour les néophytes ou ceux qui craignent Hadopi, sachez que pour l’instant, aucune chaîne française n’a acheté les droits de cette série. Vous devrez prendre votre mal en patience… Ou alors suivre régulièrement ce blog, car dès à présent, vous pourrez suivre une critique régulière des épisodes de cette série.